Triskalia publie sa première déclaration de performance extra-financière

15 avril 2019

Si la déclaration de performance extra-financière (DPEF) est obligatoire pour les entreprises de plus de 500 salariés, c’est avec enthousiasme que le groupe coopératif Triskalia s’est engagé dans cette démarche qui succède aux rapports de responsabilité sociétale annuels.

La DPEF est née de la transposition en France de la directive européenne 2014/95/UE(1). Cette nouvelle réglementation stipule qu’une entreprise de plus de 500 salariés(2) doit publier une déclaration de performance sur les enjeux sociétaux qui lui sont propres.

À Triskalia, Planète Positive, la démarche de développement durable et d’agroécologie du groupe est mise en oeuvre depuis 2011. Le rapport de responsabilité sociétale des entreprise (RSE) était quant à lui rédigé depuis l’exercice 2014. L’obligation de le remplacer par une DPEF est très rapidement apparue comme une opportunité pour le groupe coopératif. La DPEF est une étape supplémentaire pour structurer la démarche Planète Positive et communiquer à ce sujet auprès des salariés comme des autres parties prenantes.

En effet, cette déclaration repose sur une analyse des risques et opportunités pour l’entreprise. Elle oblige à une réflexion sur les enjeux à court, moyen et long terme, réflexion qui doit aboutir à la mise en place d’engagements, de plans d’actions et d’indicateurs. À Triskalia, les travaux ont associé des salariés des différents métiers, les administrateurs et les directeurs du groupe. Ils ont permis de définir 7 axes RSE, cohérents avec la stratégie, les métiers et les valeurs du groupe :
1. Répondre aux attentes des consommateurs ;
2. Maîtriser nos impacts sur l’environnement ;
3. Accompagner nos adhérents ;
4. Mobiliser nos salariés ;
5. Participer au développement territorial et nous ouvrir aux citoyens,
6. Transformer et moderniser nos outils et nos organisations, développer de
nouveaux modes de travail ;
7. Accéder à de nouveaux marchés.

La première DPEF du groupe expose donc, en toute transparence et pour chaque axe, les enjeux, les politiques, les actions mises en oeuvre et les résultats obtenus ou attendus.
On y apprend par exemple que plus de 65% des exploitations agricoles des adhérents de Triskalia sont engagées dans des démarches qualité et/ou environnement, que 649 élevages bovins ou lait ont fait l’objet de diagnostics d’émissions de gaz à effet de serre, que la part des solutions de biocontrôle pour la protection des cultures a été multipliée par 2,5 en 4 ans, que le groupe a diminué de 30% ses impressions papier en 1 an…
Mais aussi, Triskalia a accompagné 42 installations d’agriculteurs en élevage et 306 en cultures en 2018, consacré 3,02% de sa masse salariale à la formation, etc.

La DPEF du groupe Triskalia a fait l’objet d’un audit par un organisme indépendant accrédité, le Cabinet de Saint Front, qui a attesté de sa conformité et de sa sincérité.
Elle sera renouvelée tous les ans et cette démarche de progrès se poursuivra dans le cadre du futur groupe Eureden(3) , issu du projet d’union entre Triskalia et le Groupe d’aucy.

Consulter sur la DPEF du groupe Triskalia : https://www.triskalia.fr/planete-positive/

(1) Directive européenne 2014/95/UE du 22/10/14 relative à la publication d’informations sociales et environnementales et ordonnances 2017-1180 du 19/07/17, JO du 21 ; décret 2017-1265 du 9/08/17, JO du 11.
(2) Les sociétés cotées dont le chiffre d’affaire est > à 40 M€ ou le total bilan est > à 20 M€, et dont le nombre de salariés est > à 500, ainsi que les sociétés non cotées dont le total du bilan ou le CA HT est > 100 M€ et le nombre de salariés est > 500.
(3) Sous réserve de l’accord de l’Autorité De La Concurrence.

Toutes les actualités