Le capital social, l'ADN des coopératives

21 juillet 2017

En adhérent à Triskalia, chaque agriculteur souscrit des parts sociales, qui constituent la base du capital de la coopérative. Transmises de générations en générations, ces parts représentent le pouvoir économique et politique des adhérents.

L e contrat entre l’adhérent et sa coopérative doit d’abord être fondé sur une performance économique… réciproque ! Cette forme d’entreprise n’a pas pour but de maximiser un profit immédiat, mais de valoriser l’activité de ses adhérents sur le long terme. Cette absence de but lucratif justifie, pour une large part, les avantages juridiques et fiscaux dont bénéficient les coopératives.

Ce lien d’engagement réciproque est une des forces du système coopératif. Les adhérents sont à la fois clients, fournisseurs et sociétaires, c’est-à-dire détenteurs du capital social de cette forme d’entreprise. L’engagement à la coopérative se traduit, pour les adhérents, par une souscription de capital. Le nombre de parts sociales à acquérir est fixé par production ou achat, en fonction du volume d’affaires réalisées avec la coopérative. Ce capital social est donc par définition variable, car dépendant du nombre d’adhérents et de leur volume d’activité.

Co-propriétaire

Pour autant, quel que soit son nombre de parts sociales dé- tenues, chaque associé aura le droit à une seule voix en assemblée générale, ce qui est résumé par l’expression : « Un homme, une voix ». Pour un agriculteur, travailler avec une coopérative nécessite de souscrire aux parts sociales en fonction de son activité, c’est-à-dire en devenir “co-propriétaire”.

3% d’intérêt en 2017

La part sociale est, pour une société coopérative, ce qu’est “l’action” à la société de capitaux. Toutefois, sa valeur est fixe et ne peut pas être négociée. À Triskalia, sa valeur nominale est fixée à 1 €, sans variation possible liée à la valeur patrimoniale de la coopérative. Il ne peut donc y avoir de plus-value ou de moins-value comme pour des actions. Ce principe a pour objectif de permettre aux jeunes adhérents d’acquérir plus facilement des parts sociales, d’autant plus qu’il existe, à Triskalia, des possibilités de souscription étalée. Les parts sociales peuvent donner droit au versement d’un intérêt fixé annuellement par l’Assemblée Générale, au même titre que les ristournes. Cette année, les intérêts aux parts devraient atteindre 3 %.

Socle financier

Une coopérative reste avant tout une entreprise qui nécessite des fonds propres pour se constituer, investir et évoluer. Les parts sociales des adhérents entrent dans le haut du bilan et représentent donc le socle financier de la coopérative. Ces fonds propres représentent la solvabilité de l’entreprise nécessaire pour financer ses investissements et ses projets aux services des adhérents.

Toutes les actualités