Les nouvelles technologies au service d’une production de légumes toujours plus raisonnée

16 novembre 2017

Depuis plusieurs années, l’Organisation de Producteurs de légumes de Triskalia s’engage dans une stratégie marquée de réduction des intrants (produits phytosanitaires, engrais, eau) en s’appuyant sur l’expertise de ses équipes techniques. Dans ce cadre, elle a décidé d’investir dans les nouvelles technologies (bineuses de précision, robots désherbeurs, drones, sondes d’irrigation…) afin de développer les méthodes culturales de demain, et proposer des légumes toujours plus sains, répondant aux attentes des consommateurs.

Au sein de Triskalia, 600 agriculteurs sont regroupés au sein d’une Organisation de Producteurs (OP) produisant chaque année plus de 100 000 tonnes de légumes destinés à la surgélation.
Avec une orientation résolument qualitative, et via ses trois partenaires industriels majeurs (Gelagri Bretagne, Ardo, Daregal), l’OP est un fournisseur de référence en légumes surgelés auprès d’enseignes spécialisées, de distributeurs engagés et de la restauration hors domicile. Sans oublier les innovations à marque Paysan Breton régulièrement reconnues.

Tous nos producteurs sont engagés dans la démarche Agri Confiance pour une garantie de
traçabilité et de respect de l’environnement, et ce sont tous les intervenants de la filière qui sont audités annuellement selon la norme NF V01-007 pour vérifier le respect de ces engagements.

La maîtrise des mauvaises herbes

Le binage de précision

 

 

Pour réduire l’usage des herbicides, l’une des solutions consiste à remplacer les interventions chimiques par des opérations mécaniques, en particulier le binage. Après avoir développé avec succès une production de 100 hectares de choux (brocolis et choux-fleurs) sans herbicides, Triskalia investit sur d’autres légumes pour expérimenter des itinéraires alternatifs. Et la technologie s’invite sur ces matériels pour gagner en fiabilité et en débit de chantier : le guidage optique permet de suivre avec précision les rangs, même si le tracteur fait quelques écarts.

En pratique, les expérimentations portent sur une nouvelle façon de cultiver certains légumes comme les épinards et les pois, en modifiant l’écartement des rangs et en travaillant en grande largeur, afin d’introduire un binage pour supprimer les désherbages chimiques sur la culture après le semis. L’Organisation de Producteurs espère mener des parcelles grandeur nature avec ces itinéraires alternatifs à l’horizon 2019.

 

Un robot pour compléter le désherbage !

Si le binage des cultures peut amener une bonne maîtrise des mauvaises herbes entre les rangs de légumes, leur maîtrise sur les rangs reste un vrai défi dans un schéma alternatif. C’est ce qui a amené Triskalia à s’intéresser au robot autonome Ecorobotix , conçu pour intervenir sur la totalité de la surface, en distinguant plantes utiles ou mauvaises herbes, et en détruisant ces dernières par traitement hyper-localisé. On arrive ainsi à diviser par 20 les doses d’herbicides, et on peut faire appel à des désherbants alternatifs d’origine naturelle.

 

robot désherbage ecorobotix agriculture

Triskalia a signé un partenariat et investi 100.000 € aux côtés de la start-up suisse Ecorobotix pour développer des modèles de reconnaissance visuelle sur certains légumes et apprendre ainsi au robot à travailler dans un champ d’épinards, de haricots…
Rendez-vous en 2018 pour voir le robot travailler sur nos cultures !

 

La maîtrise des maladies

Avec son climat tempéré, la Bretagne est particulièrement exposée aux problèmes de maladies (pourriture) qui peuvent avoir des conséquences catastrophiques sur la production. En haricots, le risque de maladie est d’autant plus fort que le volume de végétation est important – à l’inverse une végétation espacée et aérée limite la prolifération des champignons. L’idée est donc venue de cartographier le développement végétatif au sein des parcelles, via un passage de drone, pour ne traiter ensuite que les zones les plus à risque, chez des producteurs équipés en agriculture de précision sur leur pulvérisateur. A la clé : une diminution de 30 % d’emploi de fongicide. Le projet a fait l’objet d’un essai grandeur nature en 2017, et sera confirmé en 2018 avant déploiement à plus grande échelle.

La gestion de la ressource en eau par les sondes d’irrigation

En Bretagne, l’irrigation vient en appoint par rapport à la pluviométrie naturelle, et se fait à partir de réserves collinaires, qui collectent une fraction de l’eau qui ruisselle en excédent pendant l’hiver. Cette irrigation est néanmoins indispensable pour certains légumes, pour stabiliser les rendements, et garantir la qualité.

 

 

Afin de déclencher les apports par irrigation au bon moment en complément aux pluies, et éviter ainsi gaspillage ou au contraire un stress hydrique des cultures, Triskalia accompagne ses producteurs sur la mise en place de sondes, précédemment testées au sein de l’Union des Organisations de Producteurs de Légumes Industrie en Bretagne. Celles-ci mesurent en direct la teneur en eau des sols, et le producteur consulte les données sur internet ou sur son smartphone. Les essais des années précédentes font état d’une économie d’eau de 25% par rapport à une gestion plus classique de l’irrigation. Triskalia a financé ces sondes auprès d’une vingtaine de producteurs pour 200 ha suivis en 2017, le projet étant amené à grandir.

Toutes les actualités