Au galop sur les pistes de l’hippodrome de la baie !

19 octobre 2017

Un complexe de plus de 20 ha au cœur de la baie de Saint Brieuc, 4,5 ha de pistes en herbe, 11 journées de courses par an, 100 boxs pour l’accueil des chevaux, un restaurant panoramique et 500 places assises en tribune.
Bienvenue à l’hippodrome de la Baie de Saint-Brieuc !

L’équipe de la société des courses de Saint Brieuc sur l’hippodrome de la baie.

 

La société des courses de Saint-Brieuc, dont Daniel Cherdo assure l’intérim de la présidence suite au récent décès du président Mr Gabriel Villesalmon, existe depuis 1905, ce qui fait d’elle la plus vieille des associations briochines.

Un hippodrome reconnu

Le travail de son responsable de pistes, Denis Colleu, est reconnu à travers toute la France car la qualité de la piste de galop est incontestée : régularité, planéité, densité et souplesse, autant de critères que cet ancien agriculteur cultive avec rigueur et passion tout au long de la saison, du 1er dimanche de mars jusqu’au 11 novembre de chaque année.
Ce n’est pas un hasard si l’hippodrome de la baie est le 1er hippodrome breton en nombre de partants. Arnaud Morin, à la tête d’une écurie de 25 chevaux et entraîneur depuis 22 ans sur la commune d’Hillion l’atteste : « À Saint-Brieuc, je sais que je conduis mes chevaux sur une piste au top, pas trop ferme, pas trop souple, une texture parfaite pour de bons appuis et des conditions de sécurité idéales. »

Un challenge de poids

À chaque journée de courses, c’est 90 à 120 chevaux donc près de 500 sabots qui foulent la piste de galop à plus de 50 kilomètres par heure. Un défi technique pour Denis, le responsable de pistes, « Pour avoir une piste de qualité, on établit un programme d’entretien sur toute l’année » nous confie-t-il. « Après chaque réunion le terrain est décompacté et aéré, les mottes sont remises en place et les trous sont rebouchés avec un mélange sable, terre et semences de gazon. Toute la piste est régulièrement regarnie afin de préserver la densité du gazon. » C’est à ce niveau qu’intervient l’expertise d’Hortalis. Car, pour garantir un gazon de qualité optimale, le choix des variétés utilisées est déterminant. Yannick Simon, technicien Hortalis, qui suit l’hippodrome, nous explique : « Nous utilisons des ray-grass stolonifères. Ils ont la capacité de se régénérer de manière autonome et d’assurer une colonisation rapide du sol. Les nouvelles variétés de ray-grass tétraploïdes ont également leur rôle à jouer car leur robustesse assure une résistance et une couleur impeccable au gazon, dans des conditions climatiques parfois difficiles ».

Denis Colleu muni de son pénétromètre,
instrument de mesure officiel pour déterminer
la souplesse de la piste.

L’hippodrome investit régulièrement dans du matériel d’entretien. « Décompacteur, aérateur, herse étrille pour le défeutrage du gazon, autant de machines professionnelles que nous avons acquises, nous explique Jacques Mérot, secrétaire de la société de courses. Les opérations mécaniques sont déterminantes pour un bon enracinement du gazon qui garantira sa robustesse ».
« Il faut également remercier le travail des bénévoles, souligne Daniel Cherdot, ils sont 120 à se relayer sur l’hippodrome. Il en faut 80 pour une journée de courses et le lendemain c’est une équipe de 15 à 20 personnes qui est nécessaire pour remettre toutes les mottes en place. Sans eux nous n’y arriverions pas ! »

Le spectacle des courses

« C’est grâce à la qualité de nos pistes que la renommée de l’hippodrome n’a cessé de croître toutes ces années. Trois journées de trot sont classées premium et nous donnent un accès au PMU national et une retransmission télévisée en direct sur Equidia, la chaîne spécialiste du cheval. Nous espérons maintenant atteindre ce même objectif pour une réunion de galop, ajoute Jacques Merot.
Pour cela l’esthétique du gazon et donc de l’hippodrome dans son ensemble, est primordiale. Nous voulons contribuer à véhiculer une belle image de la baie de Saint-Brieuc et de la Bretagne ». « Notre plus gros challenge pour demain c’est d’ouvrir le milieu des courses aux familles, conclut Daniel Cherot. Nous devons démocratiser ce milieu que les personnes non-initiées pensent réservé aux parieurs ou aux spécialistes, alors que chaque course est un véritable spectacle ! ».

Les courses sont l’occasion de passer un agréable moment en famille, de déjeuner au restaurant panoramique tout en admirant ces athlètes. Et de rencontrer les bénévoles de l’hippodrome parmi lesquels de nombreux anciens salariés et adhérents de Triskalia officient tout au long de la saison !

Sur la ligne d’arrivée de la piste de galop.

Actualités de l’hippodrome


• Notre meeting d’automne :
Le 29 octobre et le 11 novembre du galop
(plat et obstacles)
Le 5 novembre du trot
(premium télévisé sur Equidia)

> Entrée 5 euros
(gratuit moins de 18 ans)

Toutes les actualités