Enherber pour ne plus désherber

1 juin 2017

L'évolution de la réglementation sur l’utilisation des désherbants dans l’espace public a amené les élus des villes bretonnes à repenser les méthodes d’entretien de leurs communes.

cimetière enherbé

Philippe Le Diodic, technicien Hortalis, Claude Jarno, maire de Camors,
et Marc Le Pévédic au cimetière zéro phyto de Camors.

À Camors, commune morbihannaise de 3 000 habitants, l’entretien du bourg et des cimetières est une priorité. Claude Jarno, maire de la commune, insiste beaucoup sur l’image dynamique et positive que renvoie une ville propre et bien entretenue à ses administrés mais aussi aux visiteurs de passage.

Entretenir le patrimoine communal

Depuis 2014, la ville a fait le choix de bannir de ses usages les produits phytopharmaceutiques y compris pour le désherbage du cimetière. C’est donc à la main que les 6 agents municipaux, encadrés par Marc Le Pévédic, responsable des espaces verts, entretiennent les allées du cimetière. « C’est un travail très fastidieux et pénible, exprime-t-il, peu gratifiant et sans fin ». « Le cimetière fait partie du patrimoine de la ville, nous confie Monsieur le Maire, les habitants y sont très attachés, il était inconcevable de laisser les mauvaises herbes s’installer et d’accumuler les doléances des citoyens. Il a fallu trouver une solution. »

Et l’idée a germé !

Trois ans auparavant, Marc Le Pévédic a utilisé un mélange de gazon “ terre-pierre ” pour réengazonner une surface stabilisée du bourg. Pourquoi ne pas utiliser la même technique pour les allées du cimetière ? « Ma seule crainte était de savoir si les semences allaient pouvoir germer sur une simple couche de gravillons, nous n’avons mis aucune terre végétale ni matière organique » complète le responsable technique.

Objectifs atteints

Moins de deux mois après le semis, pour la Toussaint 2016, le gazon avait levé et colonisé les allées du cimetière apportant par la même occasion un peu de couleur au lieu. « Des panneaux pédagogiques ont été mis en place à destination des citoyens, nous explique Jacky Maquoy, adjoint au maire, en charge des travaux. L’enherbement du cimetière demande quelques précautions particulières comme éviter d’utiliser de l’eau de javel pour nettoyer les tombes. Mais globalement la population joue le jeu ». Le chantier réalisé a recueilli beaucoup de témoignages positifs et de satisfaction. C’est pourquoi la seconde partie du cimetière sera elle aussi engazonnée dans le courant de l’année.

Clara Le Gall

Service Hortalis

Toutes les actualités